Diaporama-Drapeaux_europeens
Diaporama-Drapeaux_europeens
Diaporama-Traducteurs_en_cabine
Diaporama-Traducteurs_en_cabine
Diaporama-Conference_internationale
Diaporama-Conference_internationale
Diaporama-Avion
Diaporama-Avion
Diaporama-Salle_de_reunion
Diaporama-Salle_de_reunion
Interprètes en cabine mobile
Interprètes en cabine mobile
Babel Bruegel
Babel Bruegel
Diaporama-Un traducteur_en_cabine
Diaporama-Un traducteur_en_cabine

  • News and insights

  • La transcription – Différentes formules
    • Posted on |
    •  

      Quand il s’agit des actes d’une conférence, d’un compte rendu de séance ou d’une interview, avant de procéder à leur traduction, nous pouvons en amont assurer leur transcription à partir d’enregistrements audio.

      Ce type de service, tout comme le sous-titrage audiovisuel, est facturé à la minute de séquence audio source, ramenée à l’heure dans le contexte d’une réunion, d’un colloque ou d’une conférence, sur la base du tarif préconisé par le Syndicat national des prestataires et conseils en écriture (SNPCE), modulable en fonction de l’option (ou des options) choisie(s).

      Cinq formules sont proposées :

      La transcription intégrale ou compte rendu in-extenso (de 15 à 20 pages par heure d’enregistrement), où tous les propos sont transcrits mot à mot sans aucune altération, reproduit l’intégralité des contenus, dans le fond comme dans la forme, y compris les marques d’oralité (hésitations, onomatopées, répétitions) et les bruits parasites (rires, toux, applaudissements, etc.)

      La transcription épurée ou lissée, fidèle et complète (de 15 à 20 pages par heure d’enregistrement également), intègre en revanche la correction dans leur version écrite des erreurs de langage commises à l’oral et supprime les effets polluants. Le document ainsi produit est ce que l’on appelle communément le verbatim.

      Le compte rendu reformulé (de 7 à 10 pages par heure d’enregistrement), rédigé au discours direct ou indirect, restitue les propos de façon exhaustive, mais dans un style clair et soigné, allégé des redondances, maladresses de langage et lourdeurs éventuelles.

      La synthèse classique (4 à 6 pages par heure d’enregistrement) résume pour sa part les interventions en les présentant de façon cohérente, mettant l’accent sur les points importants sans reproduire les contenus superflus.

      La note de synthèse ou synthèse condensée (2 à 3 pages par heure d’enregistrement) retient quant à elle exclusivement les informations essentielles, structurées de façon thématique en un document à la fois pertinent et concis.

      Quelle que soit l’option choisie, elle reflètera fidèlement l’événement. Nos rédacteurs, tout comme nos interprètes et nos traducteurs, sont sélectionnés avec soins pour leur compétence et soumis aux mêmes règles de confidentialité.

      Les fichiers audio (le plus souvent MP3 ou WAV) peuvent nous être envoyés sur support CD ou clé USB, par voie électronique, via WeTransfer ou déposés dans un dossier partagé sur Dropbox. La captation sonore, accompagnée ou non d’une prise de note sur site par un de nos rédacteurs, peut être effectuée par nos techniciens.

      Le délai de traitement est d’au minimum une journée pour une heure d’enregistrement, mais le délai de livraison standard, relecture comprise, est de 6 à 7 jours ouvrés pour 3 heures de réunion.

  • PAO – Graphisme – Communication visuelle, audiovisuelle et Web
    • Posted on |
    •  

      Afin de compléter notre offre en matière documentaire, nous avons au sein de notre équipe de collaborateurs des graphistes de différents niveaux : infographistes, opérateurs prépresse, maquettistes, concepteurs graphistes, Web designers, capables de prendre en charge des projets de communication visuelle, sur PC comme sur Mac, qu’il s’agisse de mise en page prépresse ou d’intégration Web en aval de travaux de traduction, ou de conception-création en amont. Nous travaillons également avec des techniciens spécialisés en post-production audiovisuelle : repérage, simulation, création de fichiers de sous-titres, conversion, mise aux normes, calage, offset, incrustation, etc., dans le cadre du sous-titrage de vidéos institutionnelles, interviews, reportages…

      Sensibilisés à la notion de localisation, tous interviennent en étroite collaboration avec nos rédacteurs / traducteurs / relecteurs et utilisent des outils logiciels professionnels de dernière génération.

      Dans le cas de documents destinés à l’édition (brochures, livrets, catalogues, plaquettes, ou bien encore affiches, posters, calicots, etc.), nous proposons également la validation du BAT et le suivi de fabrication en relation avec l’imprimeur.

  • Relecture, correction, validation
    • Posted on |
    •  

      Nous proposons également des prestations de relecture – correction – validation (réécriture si nécessaire) de documents déjà traduits par nos clients en interne ou ayant fait l’objet d’une traduction préalable de qualité douteuse.

      Nous pouvons en outre être amenés à proposer des modifications au texte en langue source si nous y trouvons des fautes d’orthographe, de grammaire ou de style qui nécessitent une reprise.

      Le volume d’erreurs et la nature des corrections à apporter n’étant pas systématiquement proportionnel au volume du texte, ce type de prestation est généralement facturé au temps passé ou sur la base d’un forfait à la page après une première lecture du document, et non au mot comme c’est le cas pour une traduction initiale.

  • Gestion de projet traduction
    • Posted on |
    •  

      D’un coût variable selon le type et le volume du projet, ainsi que son niveau d’urgence, elle inclut :
      • l’analyse des fichiers et leur préparation si besoin,
      • la sélection du (ou des) traducteur(s) le(s) plus approprié(s) à votre besoin en termes de
      – combinaison(s) linguistiques(s) et spécificité régionale (anglais UK ou US, espagnol ibérique ou latino, portugais du Portugal ou du Brésil, français de France ou du Québec, etc.),
      – cible et enjeu (documents à finalité commerciale / technique / juridique / pédagogique / éditoriale / publicitaire…),
      – compétences thématiques,
      – expertise juridique (traducteur assermenté ou pas selon qu’il s’agit ou non de documents officiels à certifier conformes -dans ce cas, un supplément est appliqué pour légalisation de signature-),
      – proximité si vous êtes amenés à recevoir vos correspondants étrangers et faire appel à nos services pour l’interprétation de vos échanges,
      – disponibilité pour respecter vos délais.

      Elle comprend également :
      • le relais d’éventuelles questions / réponses si des explications techniques liées aux spécificités de votre activité ou de vos produits sont nécessaires (doute du traducteur sur des appellations du registre « jargon métier » ou sur le sens d’acronymes spécifiques par exemple),
      • la validation de la terminologie qui sera proposée et réutilisée ultérieurement si besoin dans le cadre de la capitalisation des acquis (mise en place d’une mémoire de traduction et d’un glossaire dédié à votre entreprise permettant de stabiliser des formulations univoques),
      • la coordination des travaux lorsque, en cas d’urgence, la traduction d’un corpus documentaire volumineux est répartie entre plusieurs traducteurs ainsi que l’harmonisation du style à la relecture finale par le chef de projet,
      • le suivi administratif du dossier.

  • Traduction écrite – Rédaction
    • Posted on |
    •  

      Afin de pouvoir répondre aux besoins de nos clients en matière de communication écrite en amont et en aval d’une rencontre internationale dans le cadre de la prise en charge globale de ses problématiques multilingues, nous disposons d’un petit noyau de traducteurs – rédacteurs dans une quarantaine de langues.

      La traduction écrite reste toutefois une activité annexe et complémentaire à notre cœur de métier, au même titre que la logistique événementielle et les prestations de tourisme d’affaires.

      Contrairement aux interprètes qui travaillent pour la plupart en cabines bidirectionnelles, les traducteurs travaillent dans la majorité des cas exclusivement vers leur langue maternelle ou bien en binôme avec un correcteur natif qui relit leurs travaux. L’origine linguistique n’est en aucun cas suffisante pour garantir la qualité du rendu dans la langue cible. Une parfaite compréhension de la langue source est essentielle en amont. Par ailleurs, il ne suffit pas d’être « natif » pour avoir les compétences rédactionnelles qu’on attend d’un bon traducteur. Savoir rédiger dans sa propre langue n’est pas à la portée de tous.

      Nos collaborateurs sont triés sur le volet. Pour une lecture fluide, leur tâche exige des qualités de rédacteur dans la langue cible qui incluent, outre une orthographe et une syntaxe irréprochables, une grande précision terminologique et une parfaite maîtrise du style, y compris de la ponctuation, ainsi que de la rigueur dans le respect des règles typographiques propres à chaque pays, de même que la maîtrise des différents outils informatiques bien sûr.

      On parle de traduction – adaptation – localisation ; la localisation est tout le processus d’adaptation d’un contenu à une région du monde donnée qui comprend, au-delà de la simple traduction linéaire, l’adaptation aux normes, à la culture et aux attentes spécifiques du lecteur cible (comme par exemple l’adaptation des unités de mesure du système métrique au système impérial et vice versa).

      On distingue le traducteur technique du traducteur scientifique, du traducteur littéraire et du traducteur juridique. Chacune de ces quatre grandes familles de traducteurs est subdivisée en de multiples sous-catégories selon un maillage plus fin correspondant à une typologie de documents, des contenus thématiques et des champs de connaissance spécifiques. Pour chaque projet, nous nous engageons à confier les travaux qui nous sont demandés au(x) collaborateur(s) le(s) plus compétent(s) en fonction du sujet traité et du type de document.

      Des logiciels informatiques professionnels d’assistance à la traduction permettent de mener à bien un projet dans les meilleures conditions possibles, de gagner en rapidité et en fiabilité. Ils offrent la possibilité de créer et de standardiser des glossaires terminologiques thématiques, d’identifier des segments identiques récurrents au sein d’un même texte ou de plusieurs documents présentant des similitudes, et de mettre en place une mémoire de traduction qui s’enrichit au fur et à mesure des travaux effectués pour un même client et permet de ré-exploiter les traductions existantes. L’utilisation de ces outils génère un gain de temps appréciable et une réduction des coûts en conséquence. Outre ces aspects économiques non négligeables, ces solutions technologiques présentent l’avantage qualitatif de permettre une harmonisation des formulations et une plus grande cohérence terminologique, particulièrement importante dans la documentation technique (l’usage intempestif de synonymes pouvant créer la confusion), les actes juridiques, les bilans financiers et les protocoles scientifiques. Ce qui est vrai pour ce type de productions l’est beaucoup moins en revanche – et cela va sans dire – pour la traduction littéraire, éditoriale ou publicitaire. Ces logiciels de TAO présentent néanmoins l’avantage de prendre en charge des fichiers de multiples formats : Microsoft Office (Word, Excel, PowerPoint, etc.), Adobe FrameMaker, Adobe InDesign, Adobe PageMaker, QuarkXPress, Html, XML…

      A compter de 450 mots, les prestations de traduction sont généralement facturées au mot source, à l’exception des documents rédigés en langues asiatiques comme le chinois ou le japonais dont la traduction est facturée au caractère source ou au mot cible.

      Le tarif au mot varie non seulement d’une langue à une autre (le hongrois est plus cher que l’anglais par exemple, dans un sens comme dans l’autre), mais d’une combinaison à une autre (une traduction anglais > français sera facturée légèrement plus cher que dans le sens français > anglais, sachant que le nombre de mots cibles sera, dans ce sens, sensiblement supérieur au nombre de mots sources).

      Il varie de même d’un type de document à un autre, à la fois en fonction du format des fichiers (les PowerPoint sont plus astreignants à traiter que les document Word par exemple, donc facturés plus cher) et de la technicité des contenus (l’adaptation d’une affiche publicitaire est plus subtile, donc plus onéreuse que la traduction d’une documentation commerciale standard, de même que la traduction d’un protocole scientifique est plus pointue donc plus coûteuse que celle de documents administratifs ou commerciaux « courants »).

      Sauf cas exceptionnels générant une majoration, en deçà de 450 mots, le tarif minimum (correspondant à 1 heure de travail) est appliqué.

      Enfin, il est évident mais important de rappeler que tous nos traducteurs s’engagent à respecter le même code d’éthique que les interprètes en ce qui concerne la confidentialité et sont tenus au secret professionnel total et absolu pour tout document classé confidentiel ; ils s’engagent à ne diffuser aucun document destiné à être rendu public avant qu’il ne le soit par notre client lui-même.

      InterLingua Events dispose d’un compte Dropbox pour le partage de fichiers avec ses clients, chaque client bénéficiant d’un espace privatif et confidentiel. Les documents à traduire et les documents traduits peuvent être transmis par mail jusqu’à 10 Mo, ou déposés dans le dossier dédié sur Dropbox quel qu’en soit le poids.

      La mise en page conforme à l’originale fait l’objet d’une surfacturation dans le cas d’un travail à réaliser à partir de documents pdf ou de documents inscriptibles contenant des textes incrustés dans des images à retravailler, ou des tables, graphes, schémas, diagrammes, logigrammes dont la taille des cellules/symboles est à adapter au volume de texte contenu, variant de la langue source à la langue cible.

      Idem dans le cas de fichiers .html lorsqu’une intervention (en collaboration avec le webmaster du site concerné) est nécessaire en amont et en aval de la traduction, pour extraire les contenus existants afin qu’ils soient traités, et intégrer ensuite la 2e version du site.